La Revue de Presse en Fongbe comme genre littéraire

 

La revue de presse en fongbe comme genre littéraire

Avec « le renouveau démocratique » (1990) issu de l’historique « conférence des forces vives de la nation » (1989) qui a sonné la fin du parti unique et ouvert la voie au multipartisme, et son corollaire la liberté de la presse, l’offre journalistique quotidienne est devenue impressionnante au Bénin : La Priorité, La Nation, Le Matinal, La Nouvelle génération, Le Potentiel, L’Émergent, Les Quatre vérités, L’Actualité, l’Autre quotidien, Bénin intelligent, Jakpata, Quotidien Nokoué, Nord-Sud quotidien, La Dépêche, Libération, Le radar, L’Économiste, Le Révélateur, L’Audace info, Soleil Levant,…et la liste est loin d’être exhaustive. Tous ces titres sont en langue française, aucun de leurs articles n’étant rédigé dans aucune des langues nationales du Bénin.

Or la population béninoise qui dans sa grande majorité n’a pas l’habitude de lire, encore moins d’« aller chercher son journal » chaque matin, aimerait bien savoir de quoi est faite l’actualité dans son pays, sinon dans le monde..

Jérôme Carlos, directeur de la radio CAPPFM (99.6 MHz) a repéré le talent prodigieux du désormais célèbre Daa Hwawè qui tous les jours ouvrés, depuis plusieurs années déjà, à 10h du matin, maintient la population en haleine avec sa revue de presse en langue fon.

La voie ouverte par Daa Hwawè est maintenant poursuivie concomitamment depuis quelques années sur Radio Planète (95.7 MHz) par un autre présentateur, Monsieur Arnold Béhanzin, alias Daa Béhanzin. Dans un tout autre style, ce présentateur donne tous les jours ouvrés, à 9h30, une revue de presse en langue fon dont la remarquable originalité justifie que nous lui ouvrions ici, sur le site de l’IPEDEF, une rubrique.

La 1ère caractéristique de la revue de presse de Daa Béhanzin est sa structuration, rigoureusement toujours la même : ouverture par un générique en langue fon qui laisse le temps à l’auditoire de se mettre en position de bonne écoute :

xójláwémá kléwùn ;

nùnywɛn tò tɔ̀n ; nǔ jɛ́ ɖò tò mɛ̀

mà ɖɔ̀ tɔ̀n táá wá ny’ázɔ̀n nu mɛ̀ ɖò tò mɛ̀

kléwún tɔ́n ɔ́ ɖíe tòví tosì

xójláwémá kléwún  

La prestation se termine avec une phrase par laquelle Daa Béhanzin prend congé de son public et lui donne rendez-vous pour le lendemain ; et le tout se termine par un générique final qui rappelle celui de l’ouverture. La revue de presse proprement dite commence toujours par un incipit fait d’un proverbe énigmatique en rapport avec un point saillant de l’actualité du jour : il revient au public de décrypter l’énigme, d’en trouver la clé. Tout au long du développement, le présentateur a recours à des proverbes puisés dans la parémiologie fon qui éclairent un aspect des faits évoqués et instaurent une atmosphère humoristique, dédramatisant ainsi des faits qui auraient pu prendre une tournure grave ou instaurer un climat de tension, voire de malaise. Tout ici prête à la décontraction en suscitant par le rire l’adhésion du public.

Et si notre institut a retenu le travail de Daa Béhanzin, c’est surtout parce que nous avons eu l’agréable surprise de découvrir que sa prestation quotidienne, loin de résulter d’une brillante improvisation spontanée qui ferait de son travail une production essentiellement orale, repose en fait sur un réel travail d’écriture dans la langue fon sur des feuillets manuscrits. L’Institut d’Étude et de développement de l’Écrit en fongbe, ne pouvait pas rester indifférent à un tel talent.

Jean-Norbert Vignondé

IPEDEF & CELFA Bordeaux 3

 

Dans sa revue de presse du vendredi 5 avril 2019, Daa Béhanzin s’est longuement attardé sur un article publié en français par Roger Gbégnonvi dans le quotidien La Priorité du 3 avril sous le titre « Ce Béninois trop fort aimé par ses amants » .

La restitution opérée par le journaliste-présentateur a ceci d’intéressant qu’il n’effectue pas une traduction mais plutôt une restitution de la substance de l’article de Roger Gbégnonvi, en puisant au plus profond des ressources de la rhétorique de la langue fon dont l’un des ressorts les plus importants est le corpus parémiologique ainsi que les « paroles activatrices » dites bǒgbe.

Pour lire les textes ou écouter l’audio, cliquer sur les liens ci-dessous :

01/07/2019 : Texte de la Revue de Presse du 05/07/2019 par Daa Gbɛhanzìn

01/07/2019 : Audio, avec la voix de Daa Gbɛhanzin

05/04/2019 : Texte de la Revue de Presse du 05/04/2019 par Daa Gbɛhanzin

05/04/2019 : Audio, avec la voix de Daa Gbɛhanzin

22/03/2019 : Texte de la Revue de Presse du 22/03/2019 par Daa Gbɛhanzin

22/03/2019 : Audio, avec la voix de Daa Gbɛhanzin